Avec French IoT et le Hub numérique, nous développons déjà de nouveaux usages

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

En 2016, e-TakesCare comptait parmi les start-up invitées au CES de Las Vegas dans le cadre du programme « French IoT » de La Poste. Antonin Bougerol, l’inventeur du thermomètre connecté Tucky, revient sur le chemin parcouru.

 

Comment vous est venue l’idée de Tucky ?
Antonin Bougerol : Je suis ingénieur de formation, mais aussi jeune papa d’une petite fille. Au départ, je cherchais un moyen de surveiller sa température sans la déranger. Pour cela, j’ai conçu un thermomètre bébé souple et adhésif, à placer sous l’aisselle de l’enfant, et capable d’envoyer l’information à distance. Il y avait pas mal de défis techniques à résoudre, comme celui d’imaginer un produit sans danger pour la santé parce qu’il ne transmet que 0,5% du temps. Après quelques tests en famille et dans mon entourage, l’engouement suscité par Tucky m’a donné la motivation nécessaire pour monter la société.

Et votre rencontre avec French IoT ?
A.B : Je les ai rencontrés fin 2015, dans le cadre du concours French IoT organisé par La Poste. À cette époque, nous étions encore au début du processus de certification puisque Tucky est un dispositif médical de classe 2A, donc soumis à une réglementation rigoureuse. E-TakesCare a fait partie des 15 start-up qui ont fait  le voyage à Las Vegas. Le Consumer Electronic Show s’est révélé un tremplin formidable en termes de visibilité, mais aussi de contacts avec les fabricants d’objets connectés et les industriels de la petite enfance. Je crois que cela nous a confortés dans notre ambition de devenir le leader des objets connectés pour la petite enfance.

En quoi French IoT et La Poste vous ont-ils aidé ?
A.B : En dehors des traditionnels enseignements dont peut faire bénéficier une structure comme French IoT, comme apprendre à « pitcher » efficacement son projet devant les investisseurs, c’est surtout la possibilité d’accès au Hub Numérique de La Poste, plateforme développée par sa filiale Docapost, qui a constitué un vrai coup de pouce pour nous. Les données que génère Tucky sont des données de santé et doivent donc la gestion doit répondre à des règles de sécurité. Au départ, nous étions partis sur notre propre solution, mais après quelques tests du Hub Numérique, plateforme certifiée HADS (Hébergeur agrée de données de santé), nous n’avions plus aucun doute. Aujourd’hui, le millier d’objets connectés Tucky déjà vendus l’exploitent au quotidien, pour sa sécurité, mais aussi pour sa facilité d’utilisation.

Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?
A.B : L’application pour smartphone reliée à Tucky reçoit les données du thermomètre connecté et les transmet au Hub Numérique. Cela permet ainsi au parent qui n’est pas au domicile de suivre en temps réel, sur le smartphone, l’évolution de la température de son enfant. Grâce au Hub Numérique, le partage de l’information entre les parents est très facile à mettre en œuvre. Il ne faut jamais oublier, lorsque l’on parle d’objets connectés, que ce qui intéresse vraiment les consommateurs, ce n’est pas l’objet lui-même, mais le service qu’il apporte. Et en l’occurrence, il s’agit pour les parents d’être rassurés sur la température de bébé.

Quelles sont les perspectives ?
A.B : Le programme French IoT et le Hub numérique nous ont en définitive permis de nous concentrer plus rapidement sur notre cœur de savoir-faire, concevoir le matériel et le logiciel de capteurs connectés de santé souples et confortables. Nous sommes les seuls à avoir cette compétence aujourd’hui. Tout l’enjeu ensuite est de développer autour de cela de nouveaux services. Tucky, par exemple, est aussi capable d’alerter les parents, ou la puéricultrice, si le nourrisson se retourne sur le ventre, ce qui n’est pas la position de sommeil recommandée à cet âge. Tout cela est lié au Hub numérique qui permet de partager l’information, pour faciliter la surveillance des petits à la maison, mais aussi en crèche ou en milieu hospitalier.

À peine huit mois entre votre participation au CES Las Vegas et les premières mises en marché, c’est plutôt rapide non ?
A.B : Oui, et cela tient à deux facteurs. D’abord, nous avons su concevoir un produit sérieux, répondant aux critères des dispositifs médicaux. Nous faisons fabriquer en France par un spécialiste reconnu, et nous utilisons le Hub numérique de La Poste qui s’appuie sur un hébergement certifié HADS, gage de confiance pour les consommateurs, et aussi de fiabilité industrielle quand nous aurons plusieurs centaines de milliers de Tucky en circulation. Pour la distribution, nous nous appuyons également sur une relation de confiance, celle entre le pharmacien et ses clients. Ensuite, et ce n’est pas moins important, la visibilité que continue de nous offrir French IoT et La Poste nous aide beaucoup dans notre développement. French IoT ne manque jamais une occasion de nous mettre en avant. Récemment, nous avons participé aux journées Innovation et Santé en présence de la ministre, Madame Marysol Touraine et l’association France eHealthTech. Et nous serons avec French IoT au salon SIdO.

Lire la suite de l’article ici