Un vaccin anti-grippe “moyennement efficace” pour l’hiver 2019.

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Comme chaque année, la saison de la grippe à refait surface en octobre et ne cesse de s’accélérer pour normalement s’éteindre en avril. Faisons le point sur le vaccin de cette année.

La grippe touche tous les ans entre 2 et 6 millions de personnes dans le monde, et cause entre 290 000 et 650 000 décès selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS)..

Des prélèvements effectués sur des personnes grippées montrent que les virus identifiés sont de type A, à 100 % en médecine de ville et à 99 % en milieu hospitalier.

Or, le vaccin 2019 se révèle « moyennement efficace » contre ce type de virus, selon les propos d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé. Rappelons que le vaccin anti-grippe est élaboré en février pour l’année suivante, sur la base d’estimations effectuées par l’OMS.

Dans son bulletin Grippe hebdomadaire du 6 février 2019, Santé publique France parle d’une « efficacité vaccinale modérée contre le virus A (H1N1) et faible contre le virus A(H3N2) ». En l’occurrence, le vaccin protège cette année à 59 % contre le A(H1N1), mais à 19 % seulement contre le A(H3N2), ce dernier étant le virus majoritairement identifié en médecine de ville (55 %) depuis le début de la surveillance épidémique.

Alors, comment se protéger efficacement contre la grippe ? La ministre de la Santé et Santé publique France rappellent l’importance des gestes-barrière :

  • Éternuer dans son coude plutôt que dans ses mains, pour éviter de disperser le virus.
  • Se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon, ou avec une solution hydroalcoolique.
  • Utiliser un mouchoir à usage unique.
  • Porter un masque jetable, en particulier au contact des personnes fragiles.
  • Etre attentif aux symptômes et surveiller la température

Les thermomètres patch comme le thermomètre Tucky permettent de surveiller les enfants la nuit s’il y a suspicion de fièvre, et de réagir au plus vite.

L’évolution de l’épidémie en France est suivie par le Réseau Sentinelles et l’IRSAN (Institut de Recherche pour la valorisation des données de SANté.

Ils diffusent quotidiennement des cartographies comme l’image suivante, représentant la situation au 26 février 2019 :